Arrêtez de ressasser vos échecs!

Arrêtez de ressasser vos échecs!

Arrêtez de ressasser vos échecs!

Nous sommes tous passés par des phases où nous tournions en boucle  dans notre tête nos échecs, nos hontes…

Mais certaines situations restent curieusement ancrées dans notre mental. Et nos pensées nous ramènent inlassablement à cet instant “tragique”.

Ces échecs prennent de plus en plus de place et finissent par devenir une charge trop lourde pour nos épaules. Une charge supplémentaire dont on n’arrive pas à se débarrasser.

Pourtant, il suffit juste de la déposer et de reprendre le cours de sa vie avec plus de légèreté.

Mais comment faire?

Il est d’abord nécessaire de comprendre le fonctionnement de notre cerveau face à ces situations.

Que se passe-t-il dans le cerveau lorsque la honte prend le dessus?

Comme le dit le psychiatre Serge Tisseron dans son ouvrage Vérités et mensonges de nos émotions  : “La honte est un sentiment meurtrier car quand il est ressenti les trois piliers de l’identité s’en trouvent affectés”, à savoir :

  • L’estime de soi
  • L’affectivité
  • L’intégration dans le groupe

En somme, plus nous sommes sous l’influence de notre honte plus nous nous sentons dévalorisés. Nous devenons notre pire ennemi au lieu de trouver en nous cet ami bienveillant sur qui nous pouvons nous appuyer pour le reste de notre vie. Nous devenons donc vulnérables au dialogue interne rabaissant mais également face aux autres. Car nous renvoyons l’image de cette proie prête à être manger toute crûe, ce qui accentue le sentiment de timidité et de repli sur soi.

Comment transformer ce cercle vicieux en cercle vertueux?

 

Vous l’aurez compris, un simple échec mal vécu peut vite se transformer en sentiment de honte qui nous empoisonne.

Avant de rentrer dans cet engrenage, prenons le temps d’analyser notre comportement face aux échecs. Sommes-nous d’un tempérament à vivre dans le passé ou au contraire allons-nous de l’avant? Si la première réponse vous correspond plus, un travail en profondeur est nécessaire afin de vous débarrasser de vos ruminements. Si vous êtes plutôt réponse 2, un travail plus léger mais indispensable s’impose malgré tout afin de vous aider à dépasser cet obstacle.

Quelques conseils pour aller au-delà de l’échec :

 

  • Comprendre pourquoi nous avons échoué

Sans se juger négativement, il est important de comprendre où cela a coincé, afin de ne plus refaire la même erreur et donc apprendre de cet échec.

  • Intégrer que tout le monde a déjà échoué

Et oui, absolument tous les êtres humains de cette planète ont déjà échoué une fois ou des milliers, alors on relâche la pression. De plus, il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne ratent rien, donc considérons l’échec comme positif.

  • Se déconnecter de son esprit pour se centrer sur son corps

Appliquer quelques exercices de respiration et de méditation au quotidien permettent d’alléger notre mental. Plus nous pratiquons, plus nous musclons notre mental à devenir plus philosophe face à nos situations d’échecs. Voici un lien vers la génialissime chaîne YouTube de Cédric Michel, qui propose des vidéos de méditations très variées.

  • Les thérapies cognitives et comportementales

Si les ressassements persistent trop de manière récurrente, il est peut-être nécessaire de passer à l’étape supérieure et d’envisager une thérapie cognitive et comportementale. Les résultats sont hautement positifs concernant les blocages mentaux. Alors plutôt que de continuer à vivre dans un état de souffrance perpétuel, offrons-nous cette alternative.

 

Ne perdons pas de vue que rien n’est plus formateur que l’échec. Sans lui, il n’y aurait pas de challenge. Pensons à lui comme un élément positif qui nous fera aller plus loin dans notre cheminement personnel : L’échec c’est bon! 

 

J’espère que cet article vous aura plu, n’hésitez pas à me laisser vos commentaires 🙂

A bientôt. GIGI

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages
  •  
  •  
  •   
  • 7
  •  
  •  

Laisser un commentaire