Ça fait quoi d’être une femme timide

Ça fait quoi d’être une femme timide

Depuis la création de ce blog, j’ai eu la chance d’être souvent inspirée par une multitude de sujets concernant la timidité. Mais je n’ai encore jamais abordé le fait d’être une femme timide..

Car malgré mes recherches je n’ai pas trouvé beaucoup de témoignages édifiants sur la condition féminine et la timidité.

On lit énormément de posts sur les hommes timides qui cherchent à surmonter leur “handicap” afin de pouvoir séduire l’élue de leur cœur… Mais des sujets sur les femmes, hors contexte séduction… Trop peu à mon goût.

Pourquoi on ne parle pas de timidité féminine

Bien souvent l’état inconscient de douceur et de fragilité dans lequel sont enfermées les femmes n’amènent pas les sociologues à se pencher plus que cela sur la question… Une femme timide garantit d’être une petite chose mignonne et fragile qui rougit au moindre compliment. Donc elle ne dérange personne et on peut en tirer un peu ce qu’on veut puisqu’elle dira oui à tout… Enfin, ça c’est dans l’inconscient collectif. Heureusement, la réalité est tout autre.

Loin voire même très loin de me porter garante d’un féminisme exacerbé, je pense qu’aborder ce sujet d’un point de vue authentiquement féminin serait un plus non négligeable. Qui permettrait à certaines personnes de saisir les différences Hommes/Femmes dans leur vécu de la timidité.

Même si les peurs sont similaires, les attentes elles, peuvent être diamétralement opposées…

C’est quoi la timidité féminine

C’est quoi la timidité féminine

Avant tout : je tiens à préciser une fois de plus que je ne me fais pas la porte-parole d’un féminisme quelconque, je suis profondément ancrée dans l’idée d’unir plutôt que désunir les êtres humains. Un homme a autant le droit de s’exprimer qu’une femme et son avis n’a pas moins d’importance, et vice versa. Sans oublier les enfants.

Voilà, cette petite parenthèse fermée, bonne lecture 🙂

La timidité féminine est-elle réellement différente de celle des hommes? Pour être honnête, je pense qu’elle est globalement similaire de par le vécu individuel. Cependant, la société, elle, porte un regard différent selon le sexe.

Une femme timide vivra certainement sa timidité de la même manière qu’un homme. Avec cette peur de dire ou faire quelque chose de mal, de bafouiller, de prendre la parole en public, de rougir…

Elle vivra sa timidité avec ce même désir de s’imposer à son univers, de faire entendre sa voix et se faire respecter au même titre qu’un homme.

Seulement, elle restera avec cette épée de Damoclès au dessus d’elle, comme beaucoup d’autres femmes qui ,elles, ne sont pas timides : Etre prise au sérieux.

Car bien évidemment, une femme qui côtoierait un environnement en étant reconnue pour être “timide” n’a que peu de chance de se dévoiler sous un nouveau jour sans être prise en dérision.

Ce petit être fragile et sans défense qui du jour au lendemain se voit pousser des ailes en osant prendre confiance en elle, serait tellement préjudiciable.

Pourquoi est-ce si difficile à accepter qu’une femme prenne confiance en elle

Il ne s’agit pas uniquement du regard masculin porté à cette femme. Le regard des autres femmes peut également être négatif.

Comment accepter qu’une personne dont on pouvait tout obtenir d’elle se mette soudain à se rebeller?

Quoi qu’on en dise, la femme ou l’homme timide garde cette étiquette de la “gentille” personne à qui on se permet de demander un peu tout et n’importe quoi.

Alors, mettre un frein à cette habitude est perçu par les autres comme un manque de respect.

Donc, bien souvent la femme timide n’osera pas se “révéler” par peur d’être encore plus exclue du groupe.

Quelles solutions pour la femme timide

Quelles solutions pour que la femme timide puisse s’épanouir

L’avantage certain que la femme timide a sur l’homme est que sa timidité reflétera toujours quelque chose de “mignon”. Ce petit truc qui peut être également considéré par certains comme une arme de séduction massive.

Ce trait de caractère peut faire ressentir à la femme timide une sorte d’attention supplémentaire. Une attention que bien des personnes “carencées” en amour recherchent ardemment.

Voilà donc le premier frein mental qui serait néfaste à celle qui souhaiterait s’affirmer.

Les 4 leviers de la confiance en soi féminine

Pour prendre confiance en soi, il faut d’abord le vouloir. Car cela demande un certain effort et encore plus pour la gente féminine qui doit s’attendre à repenser un certain nombre d’aspects de sa vie.

Il y a plus d’une méthode pour convaincre la femme timide à se révéler. Mais mon expérience m’a permise de sortir du lot 4 leviers notables afin d’y arriver. Les voici :

  1. L’amour de soi
  2. Se voir l’égal de l’autre
  3. Faire le ménage dans son environnement
  4. Accepter sa féminité

Que signifient ces 4 leviers

Il est primordial d’intégrer que l’amour de soi est le levier numéro 1 à toute dépendance affective, aussi minime soit-elle.

La deuxième étape indispensable à son épanouissement est de reconsidérer son environnement…

Il est très courant que les timides considèrent les autres comme étant “supérieurs” à eux.

Il est nécessaire de renverser cette tendance. Comment? En intégrant (même si cela peut prendre du temps) que tout le monde a ses failles. Considérer l’autre, qu’il soit homme ou femme, comme son égal est une des clés à la pleine confiance en soi.

Mais pour bien évoluer dans sa reprise de confiance en soi, l’environnement doit y être favorable. C’est à dire que si le climat ne se prête pas à la bienveillance, il faut s’en éloigner.

Il est parfois nécessaire de faire le ménage dans son entourage afin de se donner les meilleures chances de progresser.

Il ne s’agit pas de fuite, mais au contraire, de faire le choix de s’accorder le meilleur. Et cela passe également par son entourage.

Qu’il s’agisse d’un groupe d’amis ou d’un emploi… Etre capable d’en changer peut vous aider d’une manière fulgurante.

Autre point très important, ne pas mettre de côté sa féminité.

Chacune a sa définition propre de la féminité. Et chacune devrait avoir le droit de pouvoir la vivre selon ses principes.

Bien qu’il soit tentant à certains moments d’adopter par défaut un comportement plus agressif pour se faire entendre, si cela ne nous correspond pas, évitons ce jeu néfaste. Car il y a là le risque de se transformer rapidement en mère maquerelle sous prétexte qu’on cherche le respect.

Alors même si on reprend confiance, on n’oublie pas de rester soi-même 🙂

Mon propre regard sur la timidité féminine

Depuis mes années difficiles de harcèlement scolaire, j’ai longtemps gardé cette impression que j’avais absolument besoin d’un “sauveur”.

J’ai longtemps eu en moi cette pensée étrange… Celle qu’une personne débarque dans ma vie pour m’aider à combattre mes agresseurs. Que justice soit faite et que le bien l’emporte sur le mal.

Et ce besoin a duré de longues années… Sans même m’en rendre compte, je m’empêchais de me renforcer et de travailler sur moi car le “sauveur” n’était pas encore arrivé.

Plus le temps passait, plus je me renfermais en considérant ce monde injuste et difficile à affronter.

Le regard des hommes ne m’a pas aidé. Car encore une fois je pensais que le prince charmant serait celui qui m’aiderait à reprendre confiance en moi…

Je sentais que ces messieurs n’étaient pas tous bienveillants à mon égard, si vous voyez ce que je veux dire… Mais ils ne savaient pas que derrière cette timidité apparente se cachait une demoiselle au caractère bien trempé.

Au final cela ne s’est pas du tout passé comme je l’imaginais! Au bout d’un moment, j’en ai eu assez d’attendre que quelqu’un fasse le boulot à ma place et je me suis bougée les fesses!

Comme je le raconte dans mon dernier podcast, j’ai pris le taureau par les cornes et me suis mise en condition pour reprendre ma vie en main.

De petite fille timide à femme épanouie

On le répète assez souvent mais je suis d’accord : la sagesse vient avec l’âge.

Je me sens aujourd’hui bien mieux dans ma peau qu’à 20 ans et certainement moins bien que lorsque j’en aurai 40 ou 50.

En réalité, les difficultés certaines que j’ai eu à affronter au début de ma vie m’ont rendue plus forte et plus sûre de moi. Je suis heureuse et fière d’avoir affronté toutes ces épreuves toute seule comme une grande.

Aujourd’hui j’en sais plus sur moi que je ne l’aurai imaginé. Et cette confiance, je ne l’ai pas acquise du jour au lendemain mais elle est ancrée.

C’est ce qu’il y a de merveilleux avec la vie. Elle nous apprend et nous donne tout un tas de signaux qui nous guident vers notre épanouissement.

Voilà pourquoi, il est important de savoir être à son écoute:)

Etre une femme timide

Pour conclure

Bien que les différences entres les hommes et les femmes en matière de timidité ne soient pas si évidentes, il était nécessaire d’en glisser un mot.

Le regard de la société sur les timides en général n’est pas assez affûté. Il est bon de mettre certaines choses à plat pour faire évoluer les mentalités. Mais également pour donner ce petit coup de pouce à celles qui seraient actuellement en souffrance.

Les hommes et les femmes ont tous le droit de s’épanouir et de se sentir bien. Mais il est bon parfois, de souligner que nous ne fonctionnons pas de la même manière. Et donc, apporter de temps en temps une petite subtilité supplémentaire afin d’aider à l’épanouissement de chacun.

J’espère que cet article vous aura plu.

N’oubliez pas de le partager via les réseaux sociaux si c’est le cas.

Le petit commentaire qui fait plaisir (ou pas) est également le bienvenu:)

Prenez bien soin de vous, mes timides.

Jasmine Moineau

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  •  
    1
    Partage
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  • 1

2 Replies to “Ça fait quoi d’être une femme timide”

  1. Salut Jasmine,
    ayant moi-même été très timide ton article m’intéressait. Et j’ai finalement été très surprise de comment tu décris la femme timide parce que je ne me reconnais pas vraiment !! Je ne crois pas avoir jamais renvoyé l’image d’une petite chose fragile, à qui on pouvait tout demander. Au contraire, il me semble que moi je paraissait plutôt froide et hautaine, voir même orgueilleuse. Je le dis parce qu’on me l’a déjà renvoyé, alors que moi je ne vivais pas ça du tout, vu que moi j’étais exclusivement dans la peur des autres. Mais de l’extérieur, les autres ne voyaient pas cette peur et plutôt de la froideur.
    Parce qu’en fait moi j’ai toujours su très bien dire non, et je me suis retrouvée toute seule à plusieurs reprise, en particulier mon année de 2nde où je n’avais aucun amis.
    Donc moi j’ai plutôt eu à apprendre à être plus chaleureuse, dire plus oui, m’ouvrir aux autres et les laisser m’approcher, aller vers eux aussi, apprendre à développer ma communication et “mettre de l’eau dans mon vin” comme on dit.
    Voilà pour mon expérience perso de ma timidité !
    En tout cas je trouve intéressant ton article parce que je vois du coup que tout le monde ne vit pas la timidité du tout de la même manière ! (parce que moi j’ai eu plus de mal à devenir la fille chaleureuse à qui on pouvait parler et demander des trucs, que de devenir la fille qui pose ses limites et dit stop !). Comme quoi, c’est vraiment propre à chacun.
    Du coup merci pour ton partage, et j’espère que le mien pourra compléter ton article pour une vision plus complète de la timidité 😄
    A bientôt !

    1. Bonjour Sarah. Effectivement tu as raison, d’ailleurs j’en parle dans plusieurs de mes articles dont “Les mythes du timides”, que le timide peut paraître froid voir snob… C’est une réalité et tu as raison de me faire cette remarque car bien des timides sont dans cette situation. Merci à toi! a bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *