Le bilan de mon Défi fou

Le bilan de mon Défi fou

 

Le bilan de mon défi fou

Comme vous le savez, il y a quelques temps j’ai décidé de m’imposer un défi fou.

Mon but initial était d’allier la prise de risque, la sortie de zone de confort, ainsi que la réalisation de rêve.

Le moment était parfaitement choisi… Traversant une période difficile, j’avais le besoin de réaliser quelque chose de grand et qui avait une belle signification pour moi.

Bien qu’à priori ce défi était en apparence très égoïste, il n’en n’est rien….

Si vous avez déjà suivi mon défi en vidéo, je vous invite à aller directement à la fin pour regarder la vidéo du bilan:)

Pourquoi j’ai décidé de médiatiser mon défi

Avant de vous expliquer pourquoi j’ai décidé de mettre en avant ce défi, laissez-moi vous expliquer pourquoi je me suis lancée dans le blogging…

Il y a presque deux ans, je rentrais d’un voyage merveilleux qui m’avait en plus d’ouvrir mon esprit fait prendre une énorme confiance en moi.

Sachant que je trimbalais une timidité exacerbée depuis longtemps, cela a été une véritable victoire sur moi même.

Même si à mon retour, tout n’était pas encore gagné (J’avais encore bien des choses sur lesquelles travailler) je me sentais déjà bien mieux dans ma peau.

Forte de cette impulsion de faire de moi cette femme que j’avais toujours rêvé d’être, je n’ai pas ménagé mes efforts.

Durant presque une année j’ai multiplié les rencontres amicales, essayer de nouvelles activités, me lancer de nombreux petits défis très différents… Bref, je me suis sacrément bougée!

Et c’est avec toute cette nouvelle force et confiance que j’ai enfin commencé à goûter au vrai bonheur d’être soi-même!

Sans jugement, avec amour et fierté, j’avançais (et j’avance encore ) vers ce chemin merveilleux qu’est l’amour de soi.

Loin d’être une personne auto-centrée, j’ai découvert ce que prendre soin de soi voulait réellement dire.

Et bien-sûr , je ne parle pas d’aller se faire faire une manucure, bien que cela compte quand même peu 🙂

La naissance de Timide et Heureux

Dans ce beau cheminement, m’est venu l’idée de partager toutes les belles choses que j’avais expérimenté et m’avaient fait du bien.

Le blog Timide et Heureux s’est présenté à moi comme une évidence.

Et ce beau bébé est né il y a bientôt un an!

Un an d’une belle aventure pleine de bonheur mais aussi de doutes certains…

Eh oui! J’ai découvert par la force des choses que le blogging n’était pas forcément un long fleuve tranquille. J’en faisais tellement et les résultats escomptés n’étaient pas ceux que j’espérais… Je pensais sincèrement que le problème venait de mon manque de travail, alors que je m’y consacrait au minimum 50 heures par semaine…

Je vous l’explique d’ailleurs dans le podcast: Mon overdose de développement personnel.

Mon but est de toucher les gens et les aider à eux aussi trouver leur chemin pour qu’ils soient en paix avec eux, en gérant au mieux leur complexes et leur timidité…

En somme, aider les autres à prendre enfin confiance en eux.

Les débuts sur Youtube

La suite logique, même si elle n’a pas été très instinctive , a été de créer ma chaîne YouTube.

Le support visuel étant aujourd’hui très impactant, la création de cette chaîne a donc été une évidence.

J’en reviens maintenant à mon défi…

Il m’aurait tout à fait été possible de faire mon défi dans mon coin toute seule. Seulement, mon travail de blogueuse est un travail à plein temps! Et il m’est impossible de faire l’impasse sur ce qui m’habite depuis presque un an : insuffler de la motivation pour être plus heureux, gérer ses émotions et se dépasser pour devenir plus fort.

De plus, lorsqu’on a un projet et qu’on souhaite le mettre en place… Le meilleur moyen de tenir ses propres engagements est d’en parler!

Pas forcément à la terre entière, mais de se mettre un minimum de pression sociale pour ne pas se défiler à la dernière minute…

Non pas que je comptais me débiner mais la force de l’engagement public, m’a donné encore plus de motivation pour me lancer.

Voila, pourquoi “médiatiser” mon défi fou était si important pour moi.

Le bilan de mon défi fou

Revenons maintenant au vif du sujet, à savoir mon défi fou.

L’objectif de ce défi était de faire un long périple à pied en longeant les bords du Canal du Midi, en partant de Toulouse pour arriver à Carcassonne.

Seule et en mode minimaliste, avec un seul petit sac à dos pour compagnon, je me suis lancée dans cette folle aventure pédestre.

 

Mon état d’esprit avant de partir

 

C’est hyper motivée, impatiente, mais avec un brin d’inquiétude que j’imaginais ce défi à travers les rives du Canal.

Je sentais au plus profond de moi que la nature et la solitude m’appelait. Mais en étant malgré tout consciente que cela risquait d’être plutôt simple je n’ai pas voulu préparer ce voyage..(.Histoire de relever un peu le tout:)

Aucun hébergement réservé ni d’entraînement physique particulier avant mon départ (selon moi inutile car je suis sportive à l’année).

J’imaginais naïvement que des hébergements seraient disponibles le long du Canal… J’ai vite déchanté…

 

Le premier jour

Les débuts du premier jour ont étés idylliques! Je vivais ce que je m’étais imaginé… A savoir, marcher le pas léger en étant bercée par le chant des oiseaux entre-coupé par des saluts amicaux des différents cyclistes qui défilaient à côté de moi.

C’est vers le 20ème kilomètre que les choses se sont gâtées un peu…

Je prévoyais de m’arrêter à Villefranche de Lauragais, qui offrait d’après mon plan un large choix d’hébergements…

Seulement, les panneaux du Canal ce n’est pas Waze! Le peu d’informations disponibles m’ont fait louper la sortie… C’est entièrement de ma faute, mais voila, j’ai mal calculé mon coup…. J’ai donc marché environ 17 km de plus avant de pouvoir trouver un hôtel!

Même si j’étais exténuée, je me suis endormie avec une belle sensation de victoire sur moi-même et avec hâte de commencer la journée du lendemain.

Le deuxième jour

 

Avec un peu plus de difficultés, j’ai doucement atteint les dix premiers  kilomètres… Les courbatures et les douleurs de mes membres inférieurs, m’ont minés un peu le moral au tout début de cette journée. Chaque pas étant douloureux, la force qui me permettait d’avancer était plus mentale qu’autre chose…

J’étais tellement à plat, que j’envisageais de stopper ma journée à 14h à Castelnaudary…

Seulement voilà, mon passage à Castelnaudary s’est vite écourté… Les commerces étaient quasiment tous fermés, les hôteliers étaient peu accueillants et tous complets… Pour être tout à fait honnête, je ne me suis pas sentie à l’aise dans cette ville… A la manière d’un Georges Brassens en mode vagabond qui cherche du réconfort auprès des habitants des villes qu’il sillonne… Un bon revers m’a faire reprendre la route. Je trouverais mon “auvergnat” plus tard dans la journée…

 

J’ai mal

 

C’est très endolorie que j’ai continuer mon ascension dans l’Aude…

Pas après pas, kilomètre après kilomètre, je m’efforçais de penser à autre chose qu’aux douleurs vives de mon corps pour avancer…

Mon objectif : atteindre le village de la prochaine Écluse pour y trouver gîte et couvert…

Pleine d’espoir quant à la disponibilité de ce dernier, c’est presque en rampant que je m’y suis finalement rendue.

Arrivée là bas, quel bonheur de pouvoir contempler une vue magnifique sur les hauteurs de l’Aude (Eh oui, j’ai pas mal grimpé en plus de cela).

Je suis accueillie par la gérante de ce gîte 4 étoiles à qui j’explique mon défi… Et autant vous dire que je ne m’attendais pas à un accueil pareil!

Je me suis faite jeter comme une mal propre (Georges Brassens) car apparemment je devais récolter ce que j’avais semé.. A savoir : Partir à l’aventure!

Autant vous dire qu’à ce moment là , j’étais plus que peinée en plus d’être littéralement épuisée…

Je savais que je trouverai une solution mais il fallait que j’agisse et vite!

 

J’ai très mal

 

Il était 19H30 et je n’avais toujours aucun hébergement en vue.

A part pleurer ce dont j’ai le plus besoin à ce moment là, c’est d’un bon lit et d’un massage complet du corps!

C’est avec résignation que j’ai demandé à une dame voisine de ce gîte de l’aide. Elle m’a très chaleureusement proposé de m’accompagner au prochain hôtel, 4 km plus loin.

Impossible de trouver plus belle issue à cette journée! L’hôtel était quasiment vide, j’ai donc pu trouver une chambre. En plus de cela le patron de l’établissement Les Deux acacias était d’une extrême gentillesse.

C’est avec du baume au cœur que j’ai trouvé facilement le sommeil en cette fin de deuxième journée.

Le troisième jour

 

Il me restais encore 25 km environ avant d’atteindre mon but : Carcassonne.

25 km où je devrais encore faire appel à mon mental pour avancer. Les 10 premiers km se sont très bien passés.

Mais les douleurs sont vite revenues… Et je devais lutter contre moi-même, enfin contre mon corps pour avancer.

De plus, les distances entre les écluses de cette partie du Canal étaient vraiment très (très ) longues… Je n’en voyais pas le bout. Les promeneurs et les cyclistes étaient de plus en plus rares. Je me suis longtemps retrouvée seule, sur les rives du Canal à espérer apercevoir une écluse pour me soulager l’esprit.

Je crois que c’est vraiment à ce moment là que quelque chose c’est déclenché en moi. Je savais que j’allais atteindre mon objectif dans la journée. Que je n’avais pas le choix que celui d’avancer. Avancer doucement. Pas après pas… Même si je souffrais atrocement, il fallait que j’avance et que mon but était proche.

C’est après plusieurs pauses, plusieurs ampoules, downs mentaux que je suis enfin arrivée à Carcassonne.

Pleine d’émotion et de fierté j’ai atteint l’objectif de mon défi fou : Marcher seule de Toulouse à Carcassonne, en 3 jours. 93 km d’un périple plein de leçons, de patience et de gratitude.

Je suis heureuse d’avoir réalisé cet exploit. Heureuse de d’avoir partagé avec vous mon défi fou. Et la victoire est encore plus belle si j’ai réussi à vous donner l’envie de vous dépasser également.

 

La vidéo du bilan

 

Jasmine Moineau

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  

6 Replies to “Le bilan de mon Défi fou”

  1. Bonjour Jasmine,

    Tout d’abord félicitations pour votre défi que vous avez sur relever avec courage.
    Malheureusement on ne tombe ps toujours sur des personnes prêtes à nous aider… Cependant cela permet d’encore plus apprécier celles qui le font.

    Enfin, votre force mentale est toute à votre honneur et je voudrais savoir quel discours mental avez vous mis en place (qu’est ce que vous vous êtes dit pour réussir à avancer).

    Bon courage pour votre super blog

    1. Bonjour Marvin, et merci infiniment pour votre commentaire qui me va droit au cœur.Mon discours intérieur était très simple : Je vais y arriver. Je savais que cela allait être long, mais que ce temps était défini, alors au delà des douleurs je sais que je peux le faire, que je veux le faire, alors je le fais:). Merci encore pour votre retour.

  2. Félicitations Jasmine ! Quel bel exemple de persévérance et de combativité.

    Ton périple reflète parfaitement la vie : nous faisons face à des difficultés permanentes. Mais quand nous savons où nous allons, rien ni personne ne peut nous arrêter !

    Merci d’avoir partage ton expérience. 🙂

  3. Félicitations Jasmine pour ton défi et cet article qui nous donne l’impression de le parcourir avec toi
    Et tout simplement bravo pour ce chemin avec ton blog magnifique
    À très bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *