Le cerveau d’un timide

Le cerveau d'un timide

Quelle est la particularité du système nerveux d’une personne timide ?

Nous prenons tous le temps de nous habituer un nouveau stimulus (un entretien d’embauche, une fête…) avant de commencer à explorer l’inconnu. Après tout, un nouveau stimulus peut servir de signal pour quelque chose de dangereux ou d’important. Mais les individus timides sentent le danger là où il n’existe pas. Le système nerveux d’un timide ne s’accommode pas facilement de la nouveauté ou de l’inconnu. Des études animales menées par Michael Bavis, Ph.D., de l’Université de Yale, indiquent que les voies nerveuses de la timidité impliquent des parties du cerveau impliquées dans l’apprentissage et l’expression de la peur et de l’anxiété.

La peur et l’anxiété déclenchent des réactions physiologiques similaires : tension musculaire, augmentation du rythme cardiaque et de la pression artérielle, toutes très utiles dans le cas où un animal doit se battre ou fuir un danger soudain. Mais il existe des différences importantes. La peur est une réaction émotionnelle à un stimulus spécifique ; il est rapide à apparaître et tout aussi rapide à se dissiper lorsque le stimulus passe. L’anxiété est une réponse plus généralisée qui prend beaucoup plus de temps à se dissiper.

La peur et l’anxiété déclenchent des réactions physiologiques similaires : tension musculaire, augmentation du rythme cardiaque et de la pression artérielle, toutes très utiles dans le cas où un animal doit se battre ou fuir un danger soudain. Mais il existe des différences importantes. La peur est une réaction émotionnelle à un stimulus spécifique ; il est rapide à apparaître et tout aussi rapide à se dissiper lorsque le stimulus passe. L’anxiété est une réponse plus généralisée qui prend beaucoup plus de temps à se dissiper.

Les études sur le conditionnement des signaux impliquent l’amygdale en tant que standard téléphonique central à la fois dans l’association d’un stimulus spécifique avec l’émotion de la peur et dans l’expression de cette peur. Située au sommet du tronc cérébral, l’amygdale est cruciale pour relayer les signaux nerveux liés aux émotions et au stress. Face à certains stimuli – notamment des étrangers, des figures d’autorité, des membres du sexe opposé – les timides les associent à des réactions de peur.

Contrairement à un tel conditionnement « explicite », il existe un processus de conditionnement « contextuel ». Il apparaît plus lentement, dure beaucoup plus longtemps. Elle est souvent déclenchée par le contexte dans lequel la peur prend place. L’exposition à cet environnement produit alors des sentiments anxieux d’appréhension générale. Grâce au conditionnement contextuel, les personnes timides en viennent à associer des environnements généraux – des fêtes, des discussions de groupe où on s’attend à ce qu’elles interagissent socialement – avec des sentiments désagréables, avant même que le stimulus redouté spécifique ne soit présent.

Le conditionnement contextuel est une coentreprise entre l’amygdale et l’hippocampe, l’amas cellulaire près de l’amygdale, qui est essentiel à la mémoire et à l’apprentissage spatial. Le conditionnement contextuel peut être vu comme une sorte d’apprentissage des endroits désagréables.

Mais un tiers crucial participe au conditionnement contextuel. C’est le noyau lit de la strie terminale (BNST). Les longs bras de ses cellules atteignent de nombreuses autres zones du cerveau, notamment l’hypothalamus et le tronc cérébral, qui propagent tous deux la peur et l’anxiété à d’autres parties du corps. Le BNST est principalement impliqué dans l’éveil émotionnel-comportemental généralisé caractéristique de l’anxiété. Le BNST peut être déclenché par le neurotransmetteur facteur de libération de la corticotrophine (CRF).

Une fois alerté, l’hypothalamus déclenche le système nerveux sympathique, culminant dans les symptômes d’agitation intérieure ressentis par les timides – du rythme cardiaque rapide à la pâleur en sueur. Une autre voie d’information, de l’amygdale au tronc cérébral, fige le mouvement de la bouche.

Le cerveau timide n’a pas une structure différente du vôtre et du mien ; c’est juste que certaines parties sont plus sensibles. Tout le monde a un « thermostat de timidité », défini par des gènes et d’autres facteurs. L’identification des structures cérébrales et des substances neurochimiques impliquées dans la timidité laisse présager qu’un traitement spécifique pourrait éventuellement être développé pour en freiner les formes les plus débilitantes.

La timidité indique un cerveau actif

Un groupe de scientifiques a sélectionné 16 personnes et leur a assigné une activité, confrontant deux images similaires, afin d’en observer les détails, tandis que les chercheurs, à leur tour, examinaient leur cerveau, à l’aide de la résonance magnétique fonctionnelle. Tout au long de l’étude, les personnes timides ont passé plus de temps à observer les images et ont montré une activité intense dans les zones cérébrales associées à des perceptions visuelles et sensorielles et à une élaboration plus approfondie de l’information.

Les chercheurs expliquent que grâce à la sensibilité à la perception sensorielle (SPS), une caractéristique caractérisée par la réponse à des stimuli internes et externes, ce type de personne a tendance à prêter plus d’attention aux détails et son cerveau perçoit le monde extérieur d’une manière différente. Ils ont également besoin de plus de temps pour observer et réfléchir avant d’agir et sont généralement moins tolérants au bruit et aux foules par rapport aux extravertis.

Ils sont également plus sensibles à la caféine et n’aiment pas être surpris. Ils sont plus prudents que la moyenne car ils ne veulent pas risquer de se tromper ou d’être rejetés. La personne timide a généralement tendance à croire qu’elle n’a pas beaucoup de valeur ou de capacité, mais ce n’est pas la réalité car beaucoup ont été de grands génies scientifiques ou écrivains. La principale recommandation qui peut être donnée aux introvertis est : « ne pas inhiber ou avoir des pensées négatives sur soi et savoir qu’ils sont capables de réaliser de grandes choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code