Pourquoi il faut oser se lancer quand on est timide?

Pourquoi il faut oser se lancer quand on est timide?

Oser se lancer? Trop difficile? Pourquoi?

Etre timide dans ce monde d‘extravertis n’est pas chose aisée. Oser franchir les obstacles et se lancer peut à priori être difficile. La confiance en soi n’étant pas toujours au beau fixe, amène à une remise en question bien régulière.

Mais en réalité, le timide a en sa possession des ressources insoupçonnées qu’il garde bien secrètement.

Quelles sont-elles? Comment peut-il s’en servir pour se lancer dans l’arène et réaliser ses rêves? Quels sont les avantages à être timide lorsqu’on veut oser se lancer dans un projet?

Lisez cet article et vous n’aurez plus d’excuses à faire le grand plongeon.

Cet article participe au carnaval d’articles organisé par Emmanuel Jublin, du blog Votre voix au service de votre vie.

 

La psychologie du timide

Connaissez-vous le point commun entre Rosa Parks, Martin Luther King, Moise, Johnny Rotten, Marion Cotillard et Johnny Depp?

Toutes ces supers stars dans leur domaine, sont ou ont été, de grands timides. Ils n’en laissent rien paraître et pourtant, dans leur fond intérieur, ils redoutent eux aussi le regard des autres, ont peur de mal faire et de se sentir juger négativement.

Car oui, même si le timide conserve ses “vieux démons” bien cachés, il n’en reste pas moins un être qui a de l’ambition et des projets à en revendre.

Même si la peur de mal faire et de se voir coller une étiquette peut être forte à certains moments, leur conviction profonde est plus forte.

Le timide n’a pas besoin des autres pour faire mûrir son projet, il peut réfléchir seul dans son coin et mettre au point diverses stratégies pour le réaliser.

De plus, il ne perd pas de temps dans les relations stériles énergivores, il préfère se concentrer sur ce qui a de la valeur et sélectionne ses amis avec soin.

Il a le luxe de disposer de son précieux temps pour concrétiser ce qui lui tient à cœur.

La solitude, il en a l’habitude. C’est donc seul qu’il arrive à se motiver et trouver les ressources nécessaires à la réalisation de son projet.

Bien que le timide soit timide, il n’est pas en reste pour trouver l’inspiration qui lui donnera le courage et l’énergie d’oser se lancer.

Je vous invite à lire mon article sur Les mythes du timide qui vous donnera des arguments complémentaires sur ce sujet.

 

Le bon moment pour oser se lancer

 

Se poser la question du QUAND est inévitable. Le timide étant en général un sacré perfectionniste, le temps passé à maturer son projet peut prendre un peu plus de temps qu’il ne devrait.

La peur de “mal faire” étant ancrée en lui, il se donne toutes les raisons pour reculer son grand saut.

Voilà bel et bien le plus grand ennemi du timide, qui ne devrait jamais oublier cet adage : “Le mieux est l’ennemi du bien.”

Bien qu’il soit difficile d’avoir un recul clair sur soi, le manque de confiance a un rôle déterminant dans la mise en oeuvre du dit projet.

Pas assez travaillé, trop flou, peu fiable… Malgré ses grandes qualités, le timide sera toujours le premier à se dévaloriser et de surcroît son travail aussi…

 

Les signes que c’est le bon moment pour oser se lancer :

 

  • Le premier signe qui signifie que vous êtes prêt à vous lancer est que vous avez atteint la plupart des objectifs réalisables que vous vous êtes fixés.
  • Vous restez bloqué sur un détail, vous le tournez dans tous les sens sans avoir l’impression d’avancer sur ce point.
  • Régulièrement vous vous trouvez des excuses pour faire le grand saut.
  • Vous continuez à récolter encore et encore des avis extérieurs.
  • Lorsque vous surprenez une conversation en rapport avec votre sujet, vous avez réponse à tout : vous maîtrisez parfaitement votre domaine d’expertise:)

Pourquoi oser se lancer

 

Que ce soit dans le monde de l’entrepreneuriat ou d’un projet qui vous tienne à cœur, oser se lancer est effrayant. Surtout la première fois. Et pas seulement lorsqu’on est timide.

La peur de l’échec plane au dessus de votre tête et vous freine à vivre vos rêves. J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous :

La bonne est que la peur de l’échec est normal.

La mauvaise est quelle est justifiée.

Car oui, échouer peut faire partie d’un processus et le risque zéro n’existe pas.

Mais la meilleure question à se poser lorsqu’on souhaite se lancer est la suivante :

 

Ai-je autant peur d’échouer que de regretter de ne pas l’avoir fait?

 

Si le curseur se place plus haut dans les regrets, alors ne perdez pas de temps, allez-y! Mettez tout à profit pour enfin oser vous lancer.

Le temps peut autant être votre ami que votre ennemi, sachez donc le mettre de votre côté.

Et puis rassurez-vous, si vous avez réussi à vivre et vous en sortir dans cette jungle urbaine, vous aurez largement toutes les ressources pour rebondir en cas d’échec.

Ce qui amène à se poser une autre question, pourquoi avons-nous si peur d’oser affronter l’échec?

 

La peur de l’échec

 

Pour certains la peur de l’échec est rédhibitoire, voire paralysante. Il y a eu, il y a et il y aura toujours des personnes au grand talent qui n’oseront jamais franchir le pas par rapport à la peur de l’échec.

C’est dommage, certes, mais cela vous laisse plus d’opportunités à VOUS d’émerger parmi la masse.

Le tout est de dompter cette peur de l’échec. Comment? En aimant l’échec justement!

Pour vous mettre dans la psychologie de l’entrepreneur inarrêtable, repensez à tous les films inspirants que vous avez vu au cours de votre vie.

Dans tous les storyboards hollywoodiens, vous aurez le même schéma : La présentation (du héro), la quête (les obstacles, les défis et les échecs qui borderont son parcours pour le faire progresser) et enfin la réalisation. 

Pour illustrer mon propos, je prendrais en exemple le film : “A la recherche du bonheur” avec Will Smith.

D’échec en échec, le héro soulève des montagnes pour pouvoir offrir à son fils une vie décente. Il se relève et prend note de ses erreurs passées qui l’ont fait échouer. Et ce, jusqu’à atteindre la consécration.

Positionnez-vous en héro de votre film, de votre vie. Appréhendez les obstacles comme des cadeaux que la vie vous fait pour vous faire progresser.

 

J’aime l’échec!

 

Il y a plus d’un an, j’assistais à une conférence de David Laroche. Au cours de cette conférence, une partie était exclusivement liée à l’échec lui-même.

Autant vous dire que ce discours a radicalement été un électrochoc ! Dans le sens ou après ça je ne considérais plus l’échec comme une fatalité, mais un tremplin pour s’améliorer et progresser.

En nous faisant répéter à haute voix plusieurs fois de suite : “J’aime l’échec”, David Laroche a sans doute réussi à débloquer la peur la plus ancrée de la plupart de son public.

Accepter l’échec comme une force fait toute la différence.

Si la vie a décidé de nous apprendre encore de belles choses en chemin, c’est qu’il doit en être ainsi.

 

Alors, même si la réussite au premier coup est loin d’être garantie, souvenez-vous toujours que :

 

Le chemin est plus important que la destination.

 

Les avantages à oser se lancer quand on est timide

 

Oser se lancer, nous l’avons vu, reste difficile pour la plupart des gens. Pas uniquement lorsqu’on est timide.

Même si sur le papier les difficultés restent les mêmes, le timide sera confronté à plus de “crise de confiance” que les autres. Mais en contrepartie, les bénéfices seront eux aussi bien plus nombreux.

On le sait, réussir à atteindre un objectif procure de la confiance et de la satisfaction personnelle. Pour le timide, cette confiance sera accueillie à bras ouverts. Oser se lancer lui donnera des ailes et le sentiment qu’il peut gravir des montagnes.

Comme souligné plus haut dans l’article, le timide n’a pas besoin d’être groupe et d’être sur-stimulé pour travailler efficacement.

Les douleurs et les frustrations qu’il aura engendré au cours de sa vie se transformeront en rage de vaincre.

L’économie de temps qu’il fait en évitant l’oisiveté sociale et inutile, lui sert à s’investir à fond dans ce qui lui tient à cœur.

Bien qu’il ait besoin d’avis extérieurs positifs pour se sentir légitime, son feu intérieur s’éteint rarement.

Voilà pourquoi, entre autre, le timide représente le Spartacus des projets.

 

Pour conclure

 

Bien que le timide part à priori avec un handicap, cela ne reste qu’hypothétique.

Sa force intérieure et sa rage de vaincre le place sur le podium des winners à succès. Il fait de ses douleurs passées une force. Sa difficulté première reste le souci de la perfection, qui peut le freiner à mener à bien son projet.

Oser se lancer reste une étape. Une étape plus ou moins facile à franchir selon le projet et selon la personnalité.

Néanmoins, se rappeler régulièrement du “pourquoi” est indispensable.

La créativité n’étant pas donnée à tout le monde, il serait dommage de ne pas faire profiter au monde de vos dons.

La peur de l’échec doit se transformer en super-pouvoir qui vous donne l’impulsion de vous perfectionner.

Gardez en tête que la vie est un éternel apprentissage mais qu’elle est courte également. Alors pourquoi donc avoir peur d’oser se lancer?

Rappelez-vous, si votre curseur “Regrets” est plus haut que celui de la “Peur”, vous savez ce qu’il vous reste à faire :).

Merci d’avoir lu cet article, j’espère qu’il vous aura été utile.

Je vous invite à me laisser vos commentaires juste en dessous pour partager vos projets et objectifs futurs!

Prenez soin de vous les enfants 🙂

Jasmine Moineau

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  •  
    1
    Partage
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  • 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *