Timidité un cerveau différent en cause?

Timidité un cerveau différent en cause?

Le cerveau timide est-il différent?

Quand j’étais petite, j’aimais analyser les différents comportements de mes camarades. Je notais en mémoire leurs réactions et essayais de reproduire la même chose. J’avais besoin d’un mode d’emploi pour m’expliquer comment me comporter en société.

Aujourd’hui, je continue à observer les autres mais pour le plaisir. Car oui, l’observation de mes semblables est une source inépuisable de richesse et d’inspiration.  Et donc, lors de mes séances d’observations intensives, je me suis rendue compte de deux choses. La première est que certaines personnes ont une capacité à faire vivre une discussion naturellement, en donnant du corps à leurs échanges (les veinards). La seconde chose est qu’il y a beaucoup plus de personnes timides qu’on ne l’imagine.

Lorsque je me suis aperçue que je n’étais pas seule à rougir, à peiner pour rebondir à une remarque ou à un banal échange, je me suis demandé si cela n’allait pas plus loin qu’un simple trait de caractère. Comme je te l’ai confié dans cet articlej’ai perdu confiance en moi après ces épisodes de harcèlement scolaire. Mais je me doute bien que ce n’est pas ce qui est arrivé à tous les timides de la terre.

Alors, sommes-nous nés timides ou le devient-on?

Le Professeur Eliott Beaton , a tenté d’apporter une explication à ce sujet.

En 2015, il fait passer un test de timidité à une centaine d’étudiants et n’en retient que 24. Les 12 étudiants les plus timides et les 12 autres les plus sociables. L’expérimentation consiste à faire visionner une séries de photos avec différentes expressions faciales aux étudiants sélectionnés. Il s’est aperçu que les plus timides avaient des réactions neuronales bien plus vives que les autres. En gros, le cerveau des timides serait plus hyperactif. 

Un doute subsiste malgré tout. Le cerveau est-il prédisposé à la naissance à cette hyperactivité ou alors les facteurs sociaux-environnementaux sont-ils d’avantage impliqués? Très certainement les deux.

Dans tous les cas, il est important de ne pas se laisser maîtriser par cette timidité lorsqu’elle est mal vécue. Faire le travail nécessaire afin de s’en sortir, ne pas rester en prise avec ces vieux démons si cela est trop handicapant. Car même si une partie du cerveau est bel et bien prédisposé à la timidité, il ne faut pas en faire un prétexte pour passer à côté de sa vie.

Voilà, c’était l’info scientifique du moment :). Je te laisse avec de la lecture supplémentaire, si tu souhaites en savoir plus sur cette recherche.

Résultat de la recherche du Professeur Beaton.

Magasine “Pour la science” relatant l’étude en français.

N’oublie pas de t’abonner:) A bientôt. GIGI

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages
  •  
  •  
  •   
  • 7
  •  
  •  

Laisser un commentaire